Petits accessoires sympas
Petit testeur de tension de voie
Utilisable en «N» et en «HO».
2 LED de 5mm, 2 vis et une résistance et c'est tout.

Date de création : 13/01/2019

Dernière modification : 10/05/2020

 

​​
Utilisable en DCC et en analogique (PWM ou continu).
Grâce à une suggestion de José, j'ai modifié la pièce 3D : le testeur est maintenant utilisable à la fois en «HO» et en «N».
Son prix est de 0,20 € tout monté.
Download_1.png
 
 
 
 
 
Juste pour mémoire :
 
Support de fils et câbles
Ci-dessous, trois petits supports de fils et/ou câbles, destinés à ordonner proprement le câblage des fils sous les réseaux.

Date de création : 13/01/2019

Dernière modification : 28/04/2020

Download_1.png
 
Type 1
 
Type 2
 
Type 3
 
Type 1
ARDUBLOCKLY_num-375_(2020-05-04_11-56).p
Ce support – comme les deux autres types – est destiné à être vissé sous la table du réseau, dans le sens représenté ci-contre.
Chaque côté peut accueillir facilement 8 à 10 fils de section 2,5 mm² !
Contrairement à ce qui se passe dans une goulotte fixée sous une table :
  • pas besoin d'ôter un capot pour accéder aux fils (qui en profiteraient pour tomber) ;
  • chaque fil peut être extrait individuellement du faisceau à l'endroit désiré (pour établir une connexion par exemple), puis remis en place tout aussi simplement.
 
Le faible espace de 2,5 mm entre la table et l'extrémité des deux ailes garantit que les fils ne ressortent pas tout seuls.
Il est d'autre part très facile de rajouter un support intermédiaire en cas de besoin : une seule vis est l'affaire est faite !
Une goulotte électrique du commerce est linéaire. Il est vite difficile d'organiser des chemins de câble avec des angles.
Le support en 3D ci-dessus permet n'importe quel parcours des faisceaux de fils, aussi torturés soient-ils.
Un autre avantage est le coût extrêmement modique de ce support : 0,07 € / pièce.
Note : 
Les 4 trous dans les ailes du support sont prévus pour passer un lien ou un collier (genre Colson) pour éventuellement attacher les torons de fils.
Type 2
C'est en réalité la première version du Type 1.
Sa capacité est plus importante.
Ses ailes recourbées assurent que les fils ne ressortent pas du support.
Il est plus encombrant et nécessite 2 vis de fixation par support.
Type 3
Ce support est destiné à recevoir des fils de petits diamètres
(0,5 à 1,5 mm, isolant compris).
La chicane permet l'introduction facile des fils en les courbant légèrement, mais empêche qu'ils ressortent tout seuls.
Un tel support accepte 8 à 15 petits fils (suivant leurs diamètres).
Coût unitaire : 0,01 €
 
Support de soudage
pour petits PCB
Il est toujours très délicat de maintenir un PCB de petite dimension pendant le soudage.
Ce petit support, sans prétention, permet d'améliorer le confort de soudage.
Capacité de serrage mini : 12 x14 mm.
Capacité de serrage maxi en largeur : 45 mm.
Download_1.png
Ce petit support est inspiré des supports utilisés en joaillerie, tels que ceux représentés ci-dessous, en particulier le premier à gauche :
 
 
Lorsque le PCB est très petit, il est très léger (particulièrement si en plus on l'a réalisé en épaisseur 0,8 mm).
Dans ces conditions les forces de capillarité de l'étain liquide suffisent à déplacer le circuit en même temps que le fer à souder !
... et on a déjà les deux mains occupées.
Le poids de ce support est un atout.
Pour le soudage des composants classiques, il faudra utiliser une astuce pour maintenir les composants pendant le soudage, puisqu'ils seront «tête en bas».
Personnellement j'utilise avec bonheur de la pâte à fixer repositionnable (Patafix de UHU par exemple. Pub gratuite). C'est pas cher et c'est pratique.
NOMENCLATURE
20180502_135710.jpg
  • x 2 flancs imprimés en 3D ;
  • x2 tiges d'acier, d=5 mm ; L=70 mm ;
  • x1 bouton imprimé en 3D ;
  • x1 tige filetée M6, L=80 mm ;
  • x2 écrous M6 ;
  • x4 vis CHC M4 ;
  • x4 canons L=13 mm (3D) ;
  • x1 ressort ;
  • x1 canon «rallonge» ;
  • x1 clef allen pour vis M4.
ASSEMBLAGE
20180502_135825-A.jpg
 
La pièce de gauche est équipée avec l'écrou M6 dans lequel viens se visser la tige filetée munie de son bouton.
Remarque :
J'ai imprimé le bouton en 3D. C'est un luxe. Pas cher, mais un luxe tout de même.
En effet, tout électronicien qui se respecte a dans ses tiroirs des boutons de potentiomètres pour axe de 6 !
Ci-dessous, 3 images du support : assemblé – fermé – ouvert et équipé des 4 vis et 4 canons :
(Clic sur les images pour agrandir)
20180502_135911.jpg
20180502_135825.jpg
20180502_140033.jpg
 
Sur l'image de droite on notera l'espace entre le canon plastique et le dessous de la tête de vis.
Il permet d'y engager un PCB d'épaisseur 1,6 mm (standard).
Bien entendu des PCB d'épaisseurs plus fines ne poseront pas de problème.
ASSEMBLAGE POUR LARGEURS PLUS IMPORTANTES
 
20180502_140224.jpg
Pour permettre une fermeture «à zero» des mâchoires, le ressort a forcément une longueur relativement courte.
Cette longueur ne permet pas de repousser la mâchoire mobile pour disposer d'une prise de PCB plus grande que 30 mm (environ). 
Le canon bleu permet d'ouvrir la prise jusqu'à 45 mm.
Le lamage dans ce canon assure la coaxialité du ressort et du filetage.
 
EXEMPLES DE SERRAGES
(CLIC pour agrandir les images)
20180502_140302.jpg
20180502_140058.jpg
20180502_140618.jpg
20180502_140347.jpg
20180502_140457.jpg
 
Outil pour le réglage des essieux
2 vis, 2 écrous M6, L=30 mm, et une pièce en 3D.
J'ai développé ce petit outil pour mes camarades de l'association BB1601.
Download_1.png
Les images parlent d'elles-mêmes
 
 
Deux positions de travail :
  • une pour pousser la roue vers l'intérieur ;
  • une pour ramener la roue vers l'extérieur.
 
34 minutes d'impression, 2,50 mètre de fil.
Coût matière : 0,35 € ! auquel il faut ajouter le prix de deux vis et écrous.​
Remarque : 
Tel que ci-dessus, l'outil présente un petit inconvénient : les vis risquent de blesser les pointes des axes.
Pour remédier à ce problème j'ai imprimé 2 petits bouchons en PLA qui viennent coiffer l'extrémité des vis et protéger les pointes des axes.
Quand ces bouchons sont KO, on les change.
Sur mon premier proto j'avais pratiqué un trou de diamètre 2 mm à l'extrémité de chaque vis et j'ai adouci les arrêtes des trous avec une petite fraise cônique.
 
⇒ super, mais c'est un peu plus délicat à réaliser.
L'idéal serait peut-être une vis en laiton, moins dure que l'acier des axes d'essieux.
Avec un pointeau adapté on pourrait même y pratiquer une empreinte pour épouser la conicité des axes.
À tester.
Dans le commerce, vous trouverez «l'outil miracle» (ce sont eux qui le disent)
appelé «Le Puller».
Je vous laisse juger.

 

 

© 2020 par Hubert SPERI – Créé avec Wix.com

WIX.png

Ce site ne contient aucun fichier avec des données personnelles et ne stocke aucune donnée personnelle lorsqu'on se connecte.

INYO_3.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now